RETOUR SUR LE CNE : LES DERNIERES PHOTOS ONT ETE PUBLIEES

Honneur aux plus jeunes qui ont une nouvelle fois été au top…

et à tous les autres qui ont bravé les éléments déchaînés.

Et enfin les podiums du Championnat de France de nuit…

et les podiums jeunes du CNE.

Enfin un petit clin d’œil à Robin, speaker sur l’évènement.

Bravo à toutes et à tous.

LES NOUVELLES EN DIRECT DU SITE DE L’IOF

Après les Jeux mondiaux militaires et la finale de la Coupe du monde en Chine, certaines questions doivent être soulevées : le secrétaire général de l’IOF, Tom Hollowell, parle du fair-play, de l’organisation des événements majeurs dans les pays s’ouvrant à la pratique de la course d’orientation et du travail de l’IOF au-delà des médailles et des résultats.

Quel est votre point de vue sur le fair-play en ce qui concerne les Jeux mondiaux militaires et la finale de la Coupe du monde?
Tout d’abord, je pense qu’il est nécessaire de clarifier les Jeux mondiaux militaires du CISM à Wuhan. Les Jeux mondiaux militaires ne sont pas un événement de l’IOF, mais les compétitions de course d’orientation sont régies par les règles de compétition de l’IOF sur la base d’un accord entre le CISM et l’IOF. Il ne fait aucun doute que la tricherie flagrante commise par l’équipe d’orientation militaire chinoise est totalement inacceptable. L’IOF a été très claire à ce sujet dans ses communications. En fait, il était très satisfaisant de constater que les règles IOF appliquées par le contrôleur et le jury du CISM fonctionnaient très bien lorsqu’elles étaient appliquées à la situation. Les violations des règles étaient très claires et relativement faciles à vérifier et à documenter. Bien que cela est pris un certain temps, les décisions du jury ont finalement été acceptées et les bons athlètes ont été récompensés. Cependant, l’IOF n’est pas entièrement satisfaite du traitement de l’affaire par le CISM, l’équipe chinoise ayant été retirée de la liste de départ et des résultats comme si elle n’avait jamais participé. Le CISM a choisi de ne mettre en place aucune sanction avec laquelle l’IOF serait en désaccord, alors qu’elle est entièrement de la compétence du CISM. L’IOF a donc décidé que le comité d’éthique de l’IOF devait enquêter sur les sanctions imposées aux membres de l’équipe et aux officiels impliqués, en ce qui concerne leur participation future aux activités de l’IOF, conformément au code d’éthique de l’IOF. De plus, l’IOF a suspendu ses relations avec le CISM jusqu’à la fin de l’enquête.
Lorsque les tricheries perpétrés aux Jeux mondiaux militaires ont été découvertes et comprises, l’IOF a déployé des efforts considérables pour éviter toutes les actions consistant à ne pas respecter le fair play lors de notre propre finale de la Coupe du monde :

  –  L’IOF a étudié les liens possibles entre les Jeux mondiaux militaires et la finale de la Coupe du monde, notant qu’aucun des athlètes ou entraîneurs de l’équipe militaire chinoise n’était inscrit pour participer à la Coupe du monde.
 –   L’IOF a discuté de la division claire des responsabilités en matière d’orientation militaire et civile avec la Fédération de course d’orientation de Chine et a reçu les garanties appropriées à cet effet.
–    Les informations sur la compétition n’avaient déjà été données qu’au personnes ayant besoin de savoir. Par exemple, les informations sur les parcours complets étaient uniquement détenues par les traceurs, et l’emplacement des caméras de télévision et les points de prise des temps intermédiaires étaient partagés uniquement avec les personnes concernées.
–    Toute la planification de l’émission télévisée a été confiée à un nombre limité de personnes de confiance qui avaient travaillé lors des précédents événements IOF dans les mêmes compétences.
–    L’équipe chargée des tracés et l’accès aux informations sur la compétition ont été encore réduits et un certain nombre de modifications ont été apportées aux parcours dans la mesure du possible.
–    L’équipe qui s’est occupée des derniers préparatifs était constituée de ressources venues d’Europe et ayant toutes travaillé lors d’événements antérieurs avec l’IOF.
–   Les cartes ont été imprimées directement sous la supervision du traceur.

Nous sommes pleinement conscients qu’après la compétition de la Coupe du monde de sprint, des spéculations ont été émises sur les performances des athlètes chinois et sur le fait qu’ils auraient pu obtenir des avantages injustes d’une manière ou d’une autre. Aucune plainte ni réclamation n’a été formulée par les autres équipes lors de la compétition et les résultats sont devenus officiels conformément aux règles de l’IOF, a déclaré Tom Hollowell.

L’IOF a toutefois continué à enquêter via des entretiens de suivi. Il n’y avait et il n’y a aucune preuve vérifiable ni preuve matérielle d’actes répréhensibles. La nature de la zone utilisée pour la compétition de sprint a également amené certains de nos meilleurs athlètes à commettre des erreurs assez importantes. En fait, les résultats contiennent plus de surprises que les seuls athlètes chinois.

J’aimerais inclure dans cet article la déclaration faite par le président de l’IOF, Leho Haldna, et son renvoi subséquent au comité d’éthique de l’IOF, aujourd’hui 31 octobre.

Déclaration du président de l’IOF et renvoi au comité d’éthique:

La Fédération internationale de course d’orientation, en collaboration avec la Fédération de course d’orientation de Chine, a organisé la finale de la Coupe du monde IOF 2019 à Foshan, en Chine, du 25 au 30.10.2019. L’événement a eu lieu au plus haut niveau de l’organisation et nous sommes très reconnaissants au gouvernement populaire de la province du Guangdong, à l’administration des sports de la province du Guangdong, au gouvernement populaire de la ville de Foshan, à tous ses sponsors et sympathisants.

Cependant, les membres de notre communauté et les amis de la course d’orientation du monde entier ont été surpris par l’évolution de la course et les résultats finaux. L’amélioration incroyable des compétences techniques et de la vitesse de course de certains athlètes pose questions et nous, l’IOF, devons analyser le contexte de telles performances inattendues de la part de quelques athlètes. Notre sport repose sur trois valeurs : respect, partage et éthique. Il est indéniable que certains athlètes ont ignoré certaines de nos valeurs fondamentales.

Sur la base des informations recueillies auprès de diverses sources, j’utilise mon droit, conformément au code de déontologie de l’IOF, de porter l’affaire devant le comité d’éthique de l’IOF et de lui demander d’enquêter sur de possibles violations du code de déontologie de l’IOF lors de la finale de la Coupe du monde 2019 organisée par l’IOF.
C’est un peu la nature de notre sport, où le respect des embargos sur les terrains et le contrôle des informations sur la compétition, par exemple, dépendent entièrement de la bonne volonté et des valeurs éthiques des individus. J’espère que cet épisode, ne sera rien d’autre qu’un rappel fort que le fair-play dans notre sport dépend de ces valeurs. Personnellement, j’ai été trop naïf pour croire que la forte valeur éthique du fair-play que nous avons dans la course d’orientation telle que je la connais, est automatiquement transmise à de nouvelles nations et à toutes les cultures. À la lumière de ce qui s’est passé aux Jeux mondiaux militaires, je formulerais des recommandations dans deux domaines :

 –   Que nos commissions de discipline examinent les règles, les directives des organisateurs et celles concernant les informations sur la compétition, les terrains et les embargos, et voient si des améliorations peuvent être apportées sur la base de ce qui s’est réellement passé. Le contrôleur du CISM nous présentera un rapport complet sur le cas des Jeux mondiaux militaires.
 –   Je recommande également que nous envisagions de mettre au point une forme de matériel pédagogique simplifié sur le fair-play qui puisse être transmis et utilisé par les fédérations membres et les organisateurs pour s’assurer que les aspects spécifiques des compétitions de course d’orientation qui ont une incidence sur le fair-play sont compris et acceptés comme étant essentiels à nos valeurs. Le fair-play ne concerne pas uniquement la lutte contre le dopage, mais touche également à la compréhension de nos règles.

Malgré tout ce qui s’est passé, je ne peux que ressentir une profonde déception et un profond chagrin pour le sport en Chine. Je pense que la tricherie prouvée aux Jeux mondiaux militaires va retarder le développement de ce sport en Chine pour les années à venir. Le vrai perdant ici est le large développement de la course d’orientation chinoise car le soutien de l’IOF sera remis en question. De nombreuses activités de développement très positives en Chine sont affectées par cette perte de crédibilité. Mais je pense aussi que nous devons continuer à travailler avec l’Association de course d’orientation de Chine pour améliorer la réputation et la crédibilité de ce sport.

(retour à l’interview de Tom Hollowell)

Dites nous comment la décision d’organiser une manche de Coupe du Monde en Chine à été prise ?
La raison principale de la tenue d’une Coupe du monde IOF en Chine, ou ailleurs en Europe, est la généralisation de la course d’orientation. L’IOF s’est fixé pour objectif de diffuser le sport de la course d’orientation au plus grand nombre, dans le plus grand nombre de pays possible. Le fait d’organiser de grands événements dans de nouveaux pays est un puissant facteur de développement. L’IOF a mis de nouveau l’accent sur la Chine, avec la plus grande population d’orienteurs potentiels au monde, il y a 3 ans. En fait, la course d’orientation a considérablement progressée en Chine au cours des trois dernières années. Les participants aux événements WRE et aux tournées organisées en Chine ont montré qu’ils appréciaient les efforts déployés par les organisateurs chinois et l’IOF a estimé que la maturité des organisateurs était à un niveau qui permettait de leur confier l’organisation de la Coupe du monde. Et après avoir vu leurs terrains uniques, en particulier pour le sprint, et leurs offres d’hospitalité, on avait l’impression qu’une Coupe du Monde en Chine pourrait offrir une expérience spéciale aux athlètes participants.

Quels défis aviez-vous prévu suite à cette décision ?
Dès le début, lorsque l’événement a été attribué, nous savions qu’il y aurait des défis, mais estimions que l’effort en valait la peine, tant pour l’expérience vécue par les athlètes que pour l’objectif de l’IOF de propager ce sport. Les défis attendus concernaient essentiellement les aspects techniques de la manifestation. L’IOF a investi dans des programmes de formation pour les cartographes et les organisateurs chinois, avec des visites pour les assister dans la planification et des ressources spécialisées dans divers domaines tels que le traçage, la cartographie et le chronométrage des courses. Le processus d’obtention de visas a également été confronté à de nombreux défis, et l’IOF a consacré des ressources supplémentaires à l’assistance des organisateurs. Je pense qu’il est important de noter également que d’autres secteurs de l’organisation ont été réalisés sans problèmes importants, tels que la logistique et les cérémonies. Chaque événement majeur de l’IOF comporte des défis et il n’y a aucun doute que cet événement a été plus important que la normale. Je laisserai les autres évaluer si l’investissement en valait la peine et, comme pour beaucoup d’investissements, je pense qu’un certain temps devrait s’écouler avant de rendre un jugement final. Mais les sentiments que je ressens directement après l’événement sont très mitigés et vont de la fierté à avoir entrepris cette tâche à la déception de ne pas avoir réussi dans tous les aspects. Avec le recul, je pense que nous aurions dû déployer de plus en plus de ressources et d’efforts pour garantir la qualité de la manifestation, en particulier sur le plan technique.

Que va-t-il se passer maintenant ?
Je pense qu’il serait injuste de simplement laisser l’organisation de la Coupe du monde en Chine sans analyse ni réflexion. Je pense donc que nous devons faire une évaluation complète de tous les aspects de l’événement, également avec les organisateurs en Chine. Je pense qu’une telle évaluation conduira à des améliorations dans d’autres événements IOF, mais aidera également à déterminer si et quand nous pourrions revenir avec un événement en Chine dans le futur. Et nous devons continuer à rester en contact étroit avec l’a Fédération de course d’orientation de Chine pour nous assurer que les problèmes d’équité sont reconnus et traités.

CNE en TOUR’RAIN

Un bon CNE sous la pluie et dans la boue. Orient’Express est venu en force ; trente deux membres du club ont fait le déplacement pour participer au CNE en Touraine. Cinq jours de courses sous la pluie mais personne ne s’est découragé ! La tente offerte par la région nous a été bien utile et nous avons apprécié sa légèreté surtout le dernier jour où il a fallu la porter sur deux kilomètres ! Un gîte coquet et confortable dans le petit village de Saché nous a permis de passer de belles soirées animées et coachées par Nico et Yoann. Nous avons pu observer les talents de chacun, les uns en cuisine, d’autres pour garder les enfants, les récurrents oublis des ados… dans une ambiance familiale !

Un week-end réussi et nous rentrons avec de belles victoires dont celles des jeunes sur le relais jeunes plein de rebondissements (Elie, Sarah, Nathan et Gaspar) et l’open jaune/bleu (Nolan, Naël et Valentine).

11e place pour l’équipe hommes (Emmanuel, Jean-Baptiste, Nicolas, Hana, Yoann, Paolo et David)

Sandrine

Derrière mon écran de PC, je scrute la mise en ligne des résultats et c’est encore une fois une immense joie de voir apparaître vos exploits sur le site du CNE. Bravo à toutes et tous et particulièrement à nos jeunes qui ne nous déçoivent jamais. Ces résultats sont aussi un encouragement pour la préparation de la saison suivante.
Bravo aussi aux adultes, l’équipe hommes (et dame), bien sûr et la famille Garde toujours au top (difficile pour les autres d’être à « l’avant Garde ») et toutes celles et tous ceux qui ont participé à ces « courses dans la boue ».
Enfin une petite dédicace particulière pour Hervé dont la présence au CNE m’a beaucoup fait plaisir après tant de galère.
Énorme bise à tous. Bernard

E t voici les premières photos du site des organisateurs :

COURSE DE NUIT

 

CHINE, L’ELDORADO DES SUÉDOIS… ET DES SUISSES

Ça y est : la dernière étape de la Coupe du Monde de CO pédestre est lancée. Après les émotions de la semaine précédente (voir article ci-dessous), on change de région et on découvre la carte de la Moyenne Distance… Comment dire ? Personnellement, je n’aurais jamais oser proposer une telle carte pour un Championnat du Monde. C’est raide par endroit, mais ça, les élites en ont l’habitude. Surtout, il y a pas mal de zones avec de la végétation basse, des zones urbaines, beaucoup de chemins et quelques routes. A tel point que les balises sont très proches des mains courantes et, disons le semblent assez facile, voir très faciles a trouver, quand elles ne sont pas sur le bord des sentiers… D’accord, il y a quelques choix d’itinéraires mais dans l’ensemble, j’avoue que cette carte m’a beaucoup déçu. Ce serait étonnant qu’il n’y ait pas de terrains plus techniques dans cet immense pays…

Ceci dit, il fallait être propre et maintenir une vitesse de course élevée pour gagner et les meilleurs spécialistes sont presque tous au rendez-vous. En tout les cas les deux leaders du classement Coupe du Monde n’ont laissé aucune chance aux autres concurrents : Tove Alexanderson chez les dames et Gustav Bergman chez les hommes offrent deux nouvelles victoires à la Suède et ne pourront plus être rattrapés au classement 2019. Natalia Gemperle (Russie) et Julia Jakob (Suisse) complètent le podium féminin. Côté hommes, Joey Hadorn (Suisse) termine second et Lucas Basset troisième. Belle récompense pour Lucas que cette médaille individuelle qui le promet à un brillant avenir.

Pélussin n’était représentée que par Fred puisque Nicolas est rentré en France après les jeux Mondiaux Militaire. Place au sprinters…

Pour Fred, ça c’est moins bien passé qu’il l’espérait. Le GPS a cafté : quelques grenouillages de ci de là, un sentier pas vu, l’attaque et la sortie du poste 21 ratées, des choix qui dénotes, semble-t-il une perte de confiance au fil de la course, bref, une moyenne distance à vite oublier pour se concentrer sur la suite. Il termine à la 22ème place.

Pour faire un point complet sur l’équipe de France, notons que, chez les dames, Isia Basset est 29ème, Florence Hanauer 48ème, Juliette Basset 60ème et Maëlle Beauvir 62ème. Les hommes terminent respectivement 31ème pour Maxime Rauturier, 37ème pour Loic Capbern, 38ème pour Quentin Rauturier et 60ème pour Adrien Delenne.

Dimanche 27 octobre, au relais mixte sprint, la France présentait 2 équipes. La première était composée d’Isia, Fred, Lucas et Florence. Malgré une excellente course de Lucas, meilleur temps du troisième relais, cette équipe terminera 18ème à 2’ 28  » des premiers.

La seconde équipe composée de Maëlle, Maxime, Adrien et Juliette terminera 28ème à 6’ 16″ des premiers. Et comme Lucas dans l’équipe 1, Maxime aura effectué une superbe course terminant avec le meilleur temps du 2ème relais.

C’est finalement la Suisse qui remporte la médaille d’or, la Suède l’argent et la Norvège le bronze.

Mardi 29 octobre : place au sprint individuel

La Coupe du Monde s’est refermée pour l’année 2019 avec ce sprint qui a apporté des résultats assez étonnants. Tout d’abord, les Suédois n’ont pas réitéré leurs performances de la moyenne distance. Une grosse erreur en début de course rejette Tove Alexanderson à la 8ème place et Gustav Bergman est 53ème ! Peut-être un petit relâchement pour ces deux athlètes puisque la première place de la Coupe du Monde 2019 leur était déjà acquise avant cette dernière course.

D’autres favoris ont été à la peine et quelques nouveaux venus en ont profité. L’équipe de France obtient ainsi une extraordinaire médaille d’argent grâce à une course exceptionnelle de Maxime Rauturier qui avait déjà montré ses capacités à très bien figurer dans un sprint lors du relais mixte sprint. Il n’est devancé que de 2 secondes par le vainqueur Yannick Michiels (Belgique). Le Chinois Li ZhuoYe complète le podium…

Encore plus étonnant, chez les dames puisque la première place est occupée par la Chinoise Shuangyan Hao… En lutte pour la seconde place de la Coupe du Monde, Natalia Gemperle (Russie – seconde avant ce sprint) et Simona Aebersold (Suisse – 3ème) n’allaient pas se livrer le « combat » attendu. Si Simona répondait présente en remportant la seconde place, Natalia devait se contenter de la 49ème position et ainsi perdre une place au classement Coupe du Monde (elle termine toutefois sur le podium à la 3ème place).

Chez nos représentantes, Isia termine 38ème, Maëlle 48ème, Florence 62ème et Juliette 80ème. A noter que l’écart entre la première et la 29ème féminines n’est que d’une minute !

Derrière Maxime, les hommes occupent : la 14ème place pour Fred, la 16ème pour Lucas, la 33ème pour Adrien et la 63ème pour Quentin, Loïc Capbern n’étant pas classé.

Au classement coupe du Monde, Isia est la seule classée à la 39ème place.

Les hommes sont : 6ème pour Fred, 10ème pour Lucas, 30ème pour Maxime, 45ème pour Nicolas, 65ème pour Adrien, 67ème pour Mathieu Perrin, 95ème pour Loïc Capbern et 99ème pour Quentin

LES TRIBULATIONS DE 2 PELUSSINOIS EN CHINE

Fred et Nicolas sont actuellement à Wuhan, ville chinoise un peu plus grande que Pélussin ! (plus de 11 000 000 d’habitants). Les 7èmes jeux mondiaux militaires s’y déroulent et la course d’orientation fait partie des 31 sports en compétition.

Moyenne distance : les Suisses sont bien là et prennent les 3 premières places, Nicolas est 15ème et Fred 48ème. Lucas Basset réalise le meilleur résultat des Français avec une 10ème place.

Article publié par l’IOF (International Orienteering Federation) à l’issue de la moyenne distance : « La compétition de moyenne distance a malheureusement été éclipsée par les nombreuses tricheries de l’équipe chinoise. À l’origine, les concurrents chinois arrivaient en première, deuxième et quatrième places chez les femmes et à la deuxième place chez les hommes. Un résultat incroyable, mais il a rapidement été découvert et prouvé que les coureurs avaient reçu une assistance illégale à la fois des spectateurs sur le terrain, de marquages et de petits sentiers préparés pour eux et dont ils étaient les seuls informés. Les équipes nationales de Russie, de Suisse, de France, de Belgique, de Pologne et d’Autriche ont présenté une protestation commune et le jury a décidé de disqualifier tous les concurrents de l’équipe chinoise. Selon la décision du jury, leurs classements devaient être annulés et non inclus dans les listes de résultats et ils ne seraient pas autorisés à prendre le départ du la longue distance. Les Chinois ont fait appel de la décision devant le CISM, mais la protestation et la décision du jury ont été confirmées. Cependant, les résultats ne sont pas encore officiels. Le comité d’organisation du MWG2019 avait initialement annoncé que la longue distance serait annulée dans son intégralité, mais après des négociations avec le CISM, elle avait été réintégrée au programme sans la participation de l’équipe chinoise. Ils ne participeront pas non plus aux compétitions de relais finales le mercredi 23 octobre. » (article issue du site internet de l’IOF)

Longue Distance : très belle médaille d’argent pour Fred. Nicolas termine à la 38ème place. Lucas est 8ème.

Relais : l’équipe de France féminine composée de Maëlle Beauvir, Cécile Folzer et Isia Basset termine à la troisième place, tout comme l’équipe masculine composée de Nicolas, Fred et Lucas qui se pare également de bronze.

A l’issue de cette compétition, l’IOF a publié le communiqué suivant :

« Déclaration du secrétaire général de l’IOF

Les Jeux mondiaux militaires sont un événement organisé sous la juridiction du Conseil sportif international militaire (CISM), mais par le biais d’un protocole d’accord conclu avec l’IOF, les règles de l’IOF régissent le déroulement de l’événement. L’IOF prend les actions de l’équipe chinoise très au sérieux et se réjouit de constater que le jury et le CISM ont appliqué les règles de l’IOF concernant l’équité de la compétition et que la meilleure solution a été trouvée pour les athlètes qui concourent dans les règles du sport. En collaboration avec le CISM, l’IOF étudiera comment des sanctions peuvent être appliquées aux personnes impliquées dans des activités inappropriées.

Bien que l’événement ne soit pas un événement de l’IOF, l’IOF étudie s’il est nécessaire de prendre d’autres mesures pour garantir l’équité de la compétition lors de la prochaine finale de la Coupe du monde à Guangzhou, en Chine, du 25 au 29 octobre. Les courses militaires et civiles en Chine sont complètement séparées sur le plan organisationnel et la Coupe du Monde a été contrôlée au sein de la structure de l’IOF avec des restrictions sur l’accès aux informations sur la compétition. Il est également temps d’apporter des modifications pour mettre fin aux types de tricherie similaires. Cependant, l’IOF s’entretiendra avec les contrôleurs du CISM et mènera d’autres enquêtes sur la nature des infractions. Si des preuves vérifiables d’irrégularités sont constatées, l’IOF appliquera les sanctions nécessaires pour garantir l’équité des compétitions lors de la Coupe du monde.

Le Conseil de l’IOF se réunira dans le cadre de la finale de la Coupe du monde et discutera, dans le cadre de l’ordre du jour, de la manière dont les activités négatives aux Jeux mondiaux militaires peuvent affecter le soutien de l’IOF au développement de l’orientation en Chine ainsi que du protocole d’entente avec le CISM.

Enfin, l’IOF souhaitent exprimer sa reconnaissance aux athlètes propres et féliciter les récipiendaires des médailles du concours longue distance aux Jeux mondiaux militaires 2019. » (article issue du site internet de l’IOF)

Bernard