HEU, QUOI DE NEUF, DOC ?

Bientôt le printemps et, avec la hausse des températures, les tiques refont leur apparition. Soyons vigilants et ne laissons pas ces petites bêtes empoisonner notre vie. Il a été constaté que le nombre de tiques vivant dans la nature est en forte progression et le changement climatique n’est probablement pas pour rien dans cette évolution.

Depuis 2017, un organisme appelé CiTIQUE a vu le jour. Son but : faire progresser les connaissances grâce à tous les citoyens désirant participer aux recherches à différents niveaux, le premier étant la déclaration de piqûre de tique et l’envoi de la tique à CiTIQUE afin d’analyse dans leurs laboratoires. Ainsi, on obtiendra une cartographie des zones les plus exposées et des données sur les germes portés par ces parasites.

IL ET DONC IMPÉRATIF DE VÉRIFIER A CHAQUE SORTIE DANS LA NATURE SI VOUS N’ÊTES PAS PORTEUR D’UNE OU DE PLUSIEURS TIQUES.

Voici la procédure à effectuer pour retirer les tiques, les déclarer à CiTIQUE et les envoyer : lien video

Ayant déjà utilisé cette procédure, j’ai reçu un premier bilan des études réalisées par le labo et en voici la teneur :

Depuis le lancement du programme CiTIQUE en juillet 2017 nous avons reçu plus de 22 600 signalements de piqûres de tiques sur l’Homme et l’animal, ainsi que plus de 20 000 tiques piqueuses, que nous avons précieusement archivées dans notre tiquothèque.

Les données et les tiques collectées ont d’ores et déjà permis d’apporter de nouveaux éclairages sur le risque de piqûre :

29% des piqûres dans les lieux familiers
29% des piqûres sont signalées dans des jardins privés et des parcs publics (contre 48% en forêt). Ceci nécessite de repenser la prévention dans ces espaces familiers où les usagers sont souvent peu enclins à suivre des mesures de prévention individuelle jugées trop contraignantes. C’est pourquoi il va nous falloir travailler ensemble sur les stratégies permettant de diminuer les populations de tiques et de réduire le risque d’être piqué dans ces milieux.

L’évolution temporelle
L’évolution temporelle du nombre de piqûres signalées par les citoyens semble corrélée à l’évolution temporelle de l’activité des tiques libres dans l’environnement, telle que mesurée par les chercheurs de Inrae et de l’Anses sur six observatoires scientifiques en France. Ce résultat ouvre la porte à la surveillance participative du risque de piqûre de tiques : l’échange d’information en temps réel sur les piqûres, entre des citoyens d’un même territoire, pourrait permettre d’avertir l’ensemble de la population du risque d’être piqué, et compléterait ainsi efficacement la surveillance institutionnelle, notamment dans des territoires éloignés des observatoires.

Des sentinelles du risque
Les animaux domestiques (chiens, chats, etc. …), particulièrement exposés aux tiques, pourraient servir de sentinelles du risque pour la santé humaine car l’augmentation du nombre de piqûres signalées sur ces animaux précède d’un mois l’augmentation du nombre de piqûres chez l’Homme.

La distribution géographique
La distribution géographique en France des agents pathogènes détectés dans les 1444 tiques piqueuses analysées à ce jour est bien plus large que ce qui est rapporté dans la littérature scientifique. Sur ces 1444 tiques, 463 (32%) contenaient au moins un agent potentiellement pathogène, 231 tiques (16%) étaient porteuses de l’agent responsable de la maladie de Lyme, 86 tiques (6%) contenaient au moins deux espèces différentes d’agent pathogène.

Poursuivre nos efforts
Nous devons poursuivre nos efforts pour analyser encore plus de données et de tiques, et ce sur la durée. Ceci est indispensable pour pouvoir valider scientifiquement nos résultats. C’est pourquoi nous comptons sur vous pour continuer à nous envoyer vos signalements de piqûres, vos tiques piqueuses et vos photos !
Conscients des faiblesses de notre programme (communication à renforcer, dysfonctionnements de l’application Signalement TIQUE, site internet incomplet), nous avons consacré beaucoup d’énergie au cours de 2019 à la recherche de nouveaux financements et de solutions aux problèmes techniques rencontrés, tenant compte de vos innombrables retours. Tout cela prend du temps, mais les chantiers engagés avancent bien. En 2020, CiTIQUE bénéficiera donc d’un nouveau site internet pour le signalement des piqûres et d’une nouvelle version de l’application Signalement TIQUE.

Ça compte aussi
Si vous, vos proches ou vos animaux n’ont pas été piqués par une tique et que vous souhaitez malgré tout participer au programme, nous vous rappelons que vous pouvez faire connaître le programme autour de vous en collant des affiches dans des lieux de passage (mairies, commerces, salles d’attente, pharmacies, cabinets vétérinaires, salles de pause, écoles, etc…). L’affiche est téléchargeable sur cette page : https://www.citique.fr/telechargements/download-info/affiche-a3-une-tique-vous-a-pique/
Si vous résidez dans la région Grand Est, et que votre boîte aux lettres est accessible depuis la voie publique, vous pouvez également devenir bénévole boîte aux lettres : https://www.citique.fr/devenir-benevole-boite-aux-lettres/

Vivre la science de l’intérieur !
Et en plus, c’est gratuit ! Vous pouvez également contribuer à CiTIQUE en participant aux stages citoyens Tous Chercheurs. Pendant deux jours vous deviendrez de vrais chercheurs dans un vrai laboratoire de recherche, accompagnés par les vrais chercheurs du programme CiTIQUE, vous poserez vos questions de recherche, vous analyserez les tiques de la tiquothèque et vous ferez avancer la recherche scientifique avec nous !

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site du Laboratoire Tous Chercheurs https://www.touschercheurs.fr/sciences-participatives/nancy/citique-informations-pratiques/

Donc la vigilance s’impose à chaque sortie lors des courses d’orientation, des entraînements, des balades et randonnées dans la nature, les parcs publics et même les sorties dans votre jardin !

Pour plus d’informations, consultez le site CiTIQUE

Bernard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.